Covid-19 et immunité !

Covid-19, restaurons notre immunité

Il faut préparer l’avenir et tirer des leçons de la pandémie Covid-19.

N’attendons pas un vaccin.

Travaillons dès maintenant pour restaurer notre immunité

Une bonne immunité est vitale

La maladie infectieuse, est l’envahissement de l’organisme par des microbes qui profitent d’un terrain favorable pour s’installer et se développer en l’absence de défense immunitaire adéquate.

Cette notion est fondamentale, le maintien d’une bonne immunité et de conditions d’hygiène appropriées constituent la base de la lutte contre les infections

Car il est plus simple de prévenir que de guérir. L’équilibre de la relation de notre organisme avec son environnement peut se concevoir comme une forme d’écologie miniature. Le terrain, c’est le milieu intérieur, le sang et la lymphe qui alimentent nos tissus et organes. Le maintien constant permet d’éviter un mauvais état général susceptible de générer des maladies physiques, psychiques et émotionnelles.

 

Saviez-vous que le corps contient plus de micro-organismes que de cellules humaines?

La particularité du vivant, c’est de vivre en interaction permanente avec son environnement.

Il s’agit d’un milieu ouvert sur l’extérieur et donc influencé par ce qui s’y passe.

Lors de mes consultations axées sur la prévention, on constate que ce lien avec la nature est rompu.

En effet, la plupart de mes patients souffrent de dysbiose intestinale avec troubles de la perméabilité, entraînant une inflammation chronique de bas grade véhiculé à travers tout le corps par le réseau circulatoire. Malabsorption, carences multiples etc…

Détruire la biodiversité, c’est favoriser les épidémies

La dysbiose est une anomalie du microbiote, autrement dit, tout ce petit monde qui vit de façon symbiotique avec nos cellules. Il y a une véritable coopération entre tous ces micro-organismes. Nous leur offrons le gîte et ils nous protègent des envahisseurs qui nous veulent du mal tout en assurant d’autres fonctions essentielles. C’est donnant donnant. Seulement nous avons rompu le pacte qui était scellé depuis des siècles. Détruire la biodiversité, c’est favoriser les épidémies.

L’homme crée souvent les conditions qui permettent la survenance des épidémies dont il est victime.

La déforestation est une des causes principales. Le changement d’utilisation des sols et la destruction des habitats naturels comme les forêts tropicales sont responsables d’au moins la moitié des zoonoses émergentes. Nous avons eu la prétention de prendre le pas sur la nature et de la mettre à notre service. Mais comme je vous l’expliquais, du fait de l’interaction permanente du monde du vivant. Ce que nous faisons subir à la nature, elle nous le rendra d’une façon ou d’une autre.

Soignons notre microbiote naturellement

Soigner notre terrain soumis à un climat déséquilibré (pollution, stress, sédentarité), n’est-ce pas aussi assurer notre développement durable ?

Le microbiote fait d’ailleurs l’objet d’études importantes tout comme les découvertes en épigénétiques, ou le fait que nous puissions moduler l’expression de nos gènes. Nous modelons jour après jour notre immunité en fonction de rencontres et de modifications de nos ennemis qui, calmes hier, deviennent brusquement agités. Tel est le prix de l’évolution. Dans un monde ou l’usage massif d’antibiotiques favorise les bactéries résistantes et décime les symbiotes, presque toujours antibio-sensibles, distinguer les ennemis des amis s’avèrent impératif.

Dr Didier Potdevin

en savoir plus sur la médecine convergente comme remède contre les virus