Le PRP contre l’arthrose


Le PRP contre l’arthrose, lésions et inflammations

 Les injections de Plasma Riche en Plaquettes (PRP) agissent là où le corps est dépassé dans ses propres mécanismes d’autoréparation. Que ce soit les pathologies arthrosique, traumatiques ou inflammatoires. L’ensemble des tissus du système ostéo- articulaire, de même que tendino-musculo-ligamentaire est concerné sans oublier la peau. Voilà une alternative efficace et sans effets secondaire aux traitements invalidants et médicamenteux . Le patient devient son propre médicament.

 La solution est dans notre corps

 Notre corps est doué d’autoréparation voire d’auto-régénération. Il le fait sans arrêt sans que nous en soyons conscient. Cependant il arrive que notre corps soit tout simplement dépassé devant l’importance des dégâts. Ce sont des protéines appelées «cytokines» qui sont responsables, en partie du moins de cette propriété, caractéristique du monde vivant et de l’élément matière.

Plus communément appelés facteurs de croissance, ceux-ci abondent dans les plaquettes sanguines. Les firmes pharmaceutiques essayent bien de copier le monde vivant, mais c’est une tâche ardue voire impossible. Car outre la diversité proposée par les plaquettes. La régulation de l’activation ou de l’inhibition des facteurs de croissance relève de l’inconnu à ce jour. Mais rien de tel que l’intelligence du corps pour assumer cela avec simplicité.

Bien qu’utilisés fréquemment en science vétérinaire, les concentrés de plaquettes ne font pas encore l’unanimité auprès du corps médical. Trop simple? Mais quoi de plus merveilleux lorsque le patient devient son propre médicament. En duo avec la force de la pensée voilà un moyen thérapeutique sûre, peu onéreux et surtout plus respectueux de l’être humain.

Comment stimuler les mécanismes naturels de guérison?

Les mécanismes naturels de la cicatrisation sur un organisme en cas de lésion vasculaire sont les suivants: activation puis agrégation plaquettaire, stabilisation de la fibrine, formation d’un thrombus et enfin libération des différents facteurs de croissance qui vont aller stimuler la prolifération cellulaire et ainsi la cicatrisation.

Le principe du PRP est de reproduire les mécanismes de cicatrisation et de réparation cellulaire par injection dans le tissus lésé de plasma autologue (provenant du patient)

Le traitement PRP en pratique

1/ première étape : le prélèvement

Elle consiste à faire un prélèvement sanguin.

2/ Deuxième étape : centrifugation du plasma
Outre le fait qu’il permet de concentrer les plaquettes. Elle permet la séparation de la partie rouge du sang (globules rouges)de la partie blanche ( plasma).

3/ Troisième étape: prélèvement du concentré de plaquettes

Une fois le sang centrifugé, il suffit de prélever la partie concentrée en plaquettes. Si l’on souhaite obtenir une solution retard, on ajoute un activateur permettant la « gelification » du concentré de plaquettes par polymérisation du fibrinogène, qui constituera une trame de fibrine aux propriétés hémostatiques et adhésives. L’activation permet une libération lente et prolongée des facteurs de croissance.

Les facteurs de croissance agissent comme de véritables molécules signalétiques qui vont aller activer les cellules souches présentes dans les différents tissus en état de sommeil. Celle-ci ne n’attendent qu’un signal pour se différencier et ainsi aller remplacer les cellules endommagées tout en conservant le stock initial de cellules souches. En effet lorsqu’une cellule souche est activée, celle-ci va se diviser en deux, une cellule qui va se différencier et l’autre qui va remplacer la cellule activée. Notre stock ne change donc pas avec l’âge. Et tout cela est parfaitement orchestré. Parmi les différentes propriétés citons également son activité anti-inflammatoire et bactériostatique. Donc très efficace pour lutter contre tout type de lésions, inflammations .

Traitement de la majorité des lésions, inflammations, entorses …

Toutes les lésions de l’appareil tendino-musculaire de même que les lésion osteo-articulaire.
Citons les entorses, les tendinopathies (tendons d’Achille), les épicondylites (tennis-elbow) les problèmes d’arthrose ou de cartilage, les lésions musculaires mais aussi les problèmes dermatologiques, comme les ulcère par exemple.

Amélioration du processus grâce à des méthodes complémentaires
Dès que vos processus d’autoréparation sont dépassés, la possibilité d’apporter un supplément de cellules responsables de ces mécanismes est toujours la bienvenue. Seule ou en association avec d’autres méthodes tels que l’ATP 38 ou les cellules souches mésenchymateuses. Il suffit de les injecter dans le site lésé et la nature fait le reste. Belle leçon d’humilité pour nous médecins.

Avantages et recommandations:

Le PRP est un traitement 100% naturel qui offre d’excellents résultats en peu de temps et sans risque d’effets secondaires hormis la possibilité d’infection en cas de non- respect des règles d’hygiène indispensable pour tout traitement.