La cohérence cardiaque

La cohérence cardiaqueLa cohérence cardiaque ou neuro-cardio-vasculaire

La cohérence cardiaque ou neuro-cardio-vasculaire est un indicateur qui va aider toute personne à mieux gérer ses émotions et par conséquent à mieux gérer sa vie et sa santé. C’est un excellent outil pour mieux gérer le stress au niveau personnel mais également au niveau professionnel.

Connaître sa cohérence cardiaque, être conscient que son cœur a un cerveau et apprendre à mieux gérer la communication cœur-cerveau sont un ensemble d’éléments qui vont nous aider à mieux gérer nos émotions, notre stress et donc à mieux vivre.

Grâce à cette méthode, vous allez apprendre à piloter votre centrale de communication (le cœur) qui communique à 80 % avec le cerveau par différents chemins dont les ondes électriques.

Tel est l’objectif des consultations que nous proposons au cabinet.

Téléphonez dès aujourd’hui au +32 (0)2 354 70 24 et réservez votre test de cohérence cardiaque.

Consultation en cohérence cardiaque

Lors du premier rendez-vous, nous allons mesurer votre cohérence cardiaque, nous allons détecter s’il y a chaos ou pas grâce à outil qui va mesurer le « taux de variabilité cardiaque »

En fonction des résultats (courbe plus ou moins homogènes ») nous allons travailler vers une meilleure cohérence cardiaque. Le but est d’apprendre une méthode qui vous aidera à devenir autonome et apte à maîtriser votre cœur en cas de montée de stress ou de choc émotionnel.

Les bienfaits de la cohérence cardiaque sont nombreux, les voici en quelques lignes:

– Augmente la performance personnelle de 30%

– Amène à l’intelligence émotionnelle

– Simple et reproductible chez soi, à faible coût

– Optimise la concentration et la mémoire

– Protège, régularise et renforce le fonctionnement du cœur, cerveau et des systèmes pulmonaires, hormonaux, circulatoires et immunitaires.

– Donne les bienfaits de la méditation sans passer des heures

– Diminue la douleur et la maladie.

cohérence cardiaqueQuelques explications sur le fonctionnement de la cohérence cardiaque :

La communication cœur-cerveau

« Le cœur n’est pas seulement une pompe, il est aussi un oscillateur qui donne le rythme, une glande endocrine qui produit des hormones et qui participe à la régulation du système nerveux par des boucles de rétroaction directe et indirecte»

Le cœur contient des neurones semblables aux cellules cérébrales, on dénombre plus de 40.000 neurones qui sont en interaction constante avec notre système nerveux et notre cerveau.

Cœur et cerveau communiquent entre eux par quatre voies:
– la voie nerveuse,
– la voie hormonale
– la voie humorale
– la voie physique (surtout la variation de la tension artérielle) et le champ électromagnétique, très puissant.

C’est une sorte d’horloge intérieure, un oscillateur naturel capable de synchroniser nos fonctions biologiques, d’accroître notre tonus psychique, d’harmoniser notre fonctionnement émotionnel (en effet les émotions naissent dans un réseau de connexions neuronales qui se situent dans le cœur), et même d’améliorer notre aptitude à penser vite et juste.

L’intelligence du cœur
Il existe un petit cerveau dans notre cœur. Notre cœur pense, mémorise et prend des décisions indépendantes du cerveau et par- dessus tout, il émet de l’amour et aime.

On a pu démontrer que le cerveau du cœur peut induire des comportements et des réponses à n’importe quel stimulus extérieur, mais le cœur ne répond pas nécessairement aux stimuli provenant du cerveau. (Alors que le cerveau répond aux stimuli du cœur)

A l’écoute de son cœur

Il semble que l’intelligence et l’intuition gagnent en qualité et en intensité quand on apprend à écouter les messages de notre cœur. Si nous écoutons notre cœur et concentrons notre attention sur lui, il se produit une synchronisation cœur/cerveau.

L’amplitude du signal électro cardiaque est 60 fois plus puissantes que celle du cortex cérébral et le champ eM qui lui est associé est quelque 5000 fois plus important que notre cerveau. Nous sommes des êtres électromagnétiques. Ce signal est émis vers l’intérieur de l’organisme mais aussi vers l’extérieur (jusqu’à 2,50 m du corps avec les moyens de mesure actuels).

Mesurer les signaux électriques de son cœur

Comme tous les signaux électriques, celui émis par le cœur peut être enregistré et reproduit sous forme de courbe sinusoïdale. Ce signal peut être plus ou moins cohérent et a été nommé « taux de variabilité cardiaque».

Lorsque cette courbe est homogène et que ces crêtes sont à peu près régulières, cela signifie que le taux de variabilité est constant, le cœur est alors un système qui fonctionne en cohérence.

Mais c’est rarement le cas, le tracé se révèle incohérent, les crêtes sont désordonnées et les hauteurs d’amplitude varient énormément. Cette incohérence est véhiculée sous forme de signaux dirigés vers notre cerveau, qui le transmet vers toutes les horloges biologiques.

Le langage du cœur

Le taux de variabilité est comme un langage, une sorte de code morse que le cœur envoie au cerveau, lequel est capable d’interpréter et de provoquer des effets en cascade, à la fois physique et psycho-émotionnels.

Si le cœur est incohérent cela se répercute sur les deux branches du SNP (sympathique et parasympathique) qui se déséquilibrent provoquant ou augmentant de nombreux symptômes.

Pour plus de cohérence cardiaque = plus d’harmonie

Le but de la cohérence cardiaque est de ramener un peu de la cohérence dans le fonctionnement du cœur. Cela se traduit par un sentiment de paix et d’amour.

En science, la notion de cohérence est issue de la thermodynamique et repose sur deux lois opposés, l’entropie et la néguentropie. L’entropie est la mesure du désordre d’un système tandis que la néguentropie le degré d’ordre.

Dans le premier cas, elle utilise un maximum d’énergie pour peu de résultat, et dans le second, un minimum d’énergie pour un rendement optimale.

Si on a une bonne cohérence, tout est fluide, on permet aux fonctions biologiques, mais aussi émotionnelles et intellectuelles de conserver un faible degré de désordre. Le cœur agit comme un régulateur, un chef d’orchestre du fonctionnement général, physiologique, émotionnel.

Le cœur comme chef d’orchestre

Il semble que le cœur soit capable d’entrainement. Il est capable d’entraîner les autres systèmes dans son rythme.

On dénombre 7 petits cerveaux qui fonctionnent en harmonie:
– notre cerveau proprement dit qui est composé de deux hémisphères. Le gauche, rationnel et le droit créatif.
– il y a aussi un cerveau olfactif et le cerveau limbique  qui est responsable de nos émotions.
– nous possédons aussi un petit cerveau au niveau du plexus solaire et le système digestif est lui aussi doté d’un petit réseau neuronal auquel s’ajoutent les fascias.

Enfin on peut aussi parler d’un cerveau épidermique (issu du même feuillet embryonnaire). L’enregistrement simultané de la variabilité cardiaque et de l’électroencéphalogramme, montre que les courbes sont comparables. Les enregistrements évoluent instantanément de manière similaire et coordonnée.

Les effets biologiques de la cohérence cardiaque

La cohérence cardiaque agirait comme une onde porteuse de bio-information capable d’influencer les systèmes biologiques à l’intérieur du corps mais aussi à l’extérieur. L’organisme peut décoder ces informations et les utiliser pour préserver son équilibre. Cette pratique accélère les mécanismes d’auto-guérison et de régénération cellulaire. Il suffit dans ce cas d’émettre une intention avec clarté pour qu’elle devienne information et ainsi atteindre sa cible dans l’instant. En augmentant la cohérence cardiaque on peut optimaliser l’efficacité de l’énergie métabolique et physiologique, promouvoir la stabilité émotionnelle et mentale, arriver à un équilibre hormonal, personnel et même spirituel. En outre, une cohérence du milieu cellulaire et de l’ensemble des systèmes corporels génère un signal synchrone directement dirigé vers les champs d’énergie subtile qui entourent notre structure physique.

A propos de la variabilité cardiaque

L’enregistrement de la variabilité cardiaque nous renseigne sur l’état de fonctionnement du système nerveux autonome et de l’équilibre entre le système nerveux sympathique et parasympathique. La transformation de Fournier est un calcul montrant de manière géométrique et visuelle la proportion de fonctionnement sympathique et parasympathique. Les très basses fréquences (0Hz à 0,04Hz) indiquent une activité sympathique importante, mal compensé par le frein parasympathique.

Les basses fréquences (0,04 Hz à 0,15HZ) correspondent à un fonctionnement équilibré du système nerveux autonome, il apporte calme et vigilance et surtout un état de santé optimale.

Les hautes fréquences (au-delà de 0,15Hz) c’est la prédominance du système parasympathique, proche de l’induction du sommeil et de la relaxation.

L’indice de variabilité est mis en évidence par une courbe enregistrée à partir de la fréquence cardiaque, elle-même captée par une électrode périphérique.

En cas de stress, la courbe est irrégulière, elle est incohérente et chaotique. C’est en générale ce que l’on obtient spontanément en début d’enregistrement. Cela se traduit d’un point de vue biologique par une altération d’un grand nombre d’hormones, une baisse du taux d’immunoglobuline A en rapport avec une diminution des défenses de l’organisme contre les agressions extérieures, ce qui peut se traduire par une atteinte  des voies respiratoires et digestives, des muqueuses de la peau et des organes sexuels. L’abaissement du taux de DHEA, intervenant dans les processus de vieillissement. Et enfin une hausse du cortisol qui finit par s’effondrer si le stress devient chronique, exposant notre organisme à toute une série de symptômes pouvant conduire à la maladie.

Etude de la cohérence neuro-cardiaque au cabinet Bionomie-Center

Nous réalisons au centre de bionomie une étude de la cohérence neuro-cardiaque  et de ses implications tout en proposant des exercices adaptés afin de faciliter la cohérence, l’harmonie et équilibre indispensable à la santé. Notre objectif étant d’agir sur le corps, les émotions et d’intégrer les bases d’une approche spirituel de la santé. Le cœur étant le siège des sentiments et le premier organe à réagir aux émotions, voilà une méthode simple afin d’apprendre à mieux gérer ses émotions et de diminuer l’impact des pensées négatives sur notre physiologie. Le travail se fait en véritable biofeedback et démontre la puissance du mental sur le corps. L’état de santé optimale de l’être humain semble correspondre à un état de paix durant lequel tous les systèmes s’articulent de manière idéale. Dans cet équilibre, il n’existe aucune pensée négative. Les résultat sont immédiats et perdurent quelques heures. L’exercice doit être renouvelé et intégré dans des rituels quotidiens.

Références:
«Cohérence cardiaque Dr Charly Cungi et Claude Delon. Ed Retz» lien vers blog

«La révolution de la pensée intégrale, Patrick Drouot, Ed Dangles» lien vers le blog