Médecine esthétique

Médecine esthétique: les techniques classiques

Nous pratiquons la majorité des traitements dits de médecine esthétique proposés sur le marché.
Cependant par choix philosophique et  par le souci de présenter des techniques vivantes plus en accord avec les lois de la nature et du vivant, nous avons fait le choix de proposer en première intention des méthodes regénératives, n’utilisant que des matériaux autologues ou des procédés physiques n’agressant pas les tissus, mais favorisant l’eutrophie ou la normalisation de toutes les fonctions biologiques telles que la biophotomodulation: La biostimulation

Aussi nous ne ferons que citer les techniques classiques que nous pratiquons également telles que:
1. peelings dermatoliques
2. Comblements de rides (radiesse, acide hyaluronique)
3. Lasers – radiofréquence – infrarouges – ultrasons
4. Botox – dysport
5. Carboxythérapie – mesothérapie
6. Sclerose des varicosités

En savoir plus sur cette technique anti-âge proposée  par le centre de Bionomie
Appelez dès aujourd’hui le cabinet au 02 354 70 24

Pour information, nous tenons à vous éclairer sur les techniques de médecine esthétique classique.

1-Le peeling dermatologique
Le peeling dermatologique est une technique anti-âge qui peut être utilisée dès l’apparition des premières rides et ridules.  Il est également utilisé de façon plus précoce pour traiter des cicatrices d’acné ou pour donner un coup d’éclat.

Le peeling dermatologique consiste dans l’application d’une substance chimique sur la peau du visage et du cou. Le but étant d’obtenir une exfoliation des couches supérieure de la peau. Le médecin peut déterminer, par le choix du produit utilisé, la profondeur du peeling.

 2- les comblements de ride par injections de produits « non naturels »

Les rides, les creux, la maigreur importante du visage sont difficiles à vivre pour certaines personnes. Les produits de comblement permettent de corriger ces imperfections, mais il faut bien en connaître les avantages et les risques potentiels.

Atténuation des rides grâce aux injextions
Le comblement s’adresse en premier lieu à l’atténuation des rides du visage, principale conséquence du vieillissement de la peau. Cette technique peut également corriger les irrégularités en creux ou dépressions de la peau, en lui redonnant du volume en injectant un produit dit de comblement.

Deux grands catégories de comblements « non naturels »
Parmi les produits de comblement il faut distinguer deux grandes catégories :
a- les produits résorbables, à effet réversible qui seront dégradés et vont être absorbés par la peau
b- les produits non résorbables à effet irréversible qui resteront définitivement dans la peau.
Nous n’utilisons pas les produits irréversibles car contraire à notre philosophie. Les tissus changent et l’injection d’un corps étranger non résorbable ne peut qu’entraîner des réactions non souhaitées et une disgrâce difficilement récupérable.

3- Le laser esthétique

Nous n’utilisons le laser que pour détruire, couper ou coaguler. En aucun cas, les techniques utilisant une énergie thermique ne peuvent favoriser une regénération des tissus ou un rajeunissement.
Le laser esthétique est un appareil qui a bouleversé le paysage des possibilités de traitement en chirurgie et médecine esthétiques. Cependant, ce n’est qu’un appareil. Tout dépend de qui s’en sert. Le laser est « opérateur dépendant ». Ses résultats sont liés à la maîtrise de la main qui l’anime. Il y a toujours un risque de brulûre…

Le laser est un générateur de rayons lumineux formés de vibrations simultanées. Cette lumière est d’une seule couleur et l’énergie transportée peut être concentrée sur un seul point.

4- Les injections de Botox (Toxine botulique= poison puissant)

« La toxine botulique (ou botulinique) est une toxine sécrétée par Clostridium botulinum, la bactérie responsable du botulisme (toxi-infection alimentaire généralement contractée lors de la consommation de conserves et responsable de paralysies musculaires). Il s’agit d’une protéine dont les propriétés neurotoxiques en font le plus puissant poison connu (40 000 000 de fois plus que le cyanure). La toxine est thermolabile et résistante aux acides et aux sucs digestifs. …
En esthétique,  la toxine botulique est utilisée en injections locales à faible dose pour provoquer des paralysies musculaires ciblées (muscles du front par exemple) afin d’atténuer temporairement les rides (pendant 5 à 6 mois).
L’application esthétique de la toxine botulique a été découverte par hasard dans les années 1980. Le Dr Jean Carruthers, ophtalmologiste, traitait une patiente pour blépharospasme et constate une atténuation des rides de la glabelle. Elle poursuit des recherches avec son époux qui est dermatologue, le Dr Alastair Carruthers. Il est amusant de se rappeler que leur première présentation à un congrès scientifique de l’usage du produit à des fins esthétiques est fort mal reçue. Aux États-Unis, l’utilisation esthétique de la toxine botulique est un véritable phénomène de société qui a fait la fortune du laboratoire Allergan qui le commercialise. D’autres appellations commerciales sont le Dysport (Laboratoire Ipsen) et le Vistabel.»Wikipédia

À l’origine utilisée pour une optique strictement médicale, la mésothérapie est désormais également utilisée dans un but esthétique. Elle peut par exemple servir à revitaliser le visage et combler les rides.

5- A propos de mésothérapie

Voici ce qu’on trouve dans Wikipédia …

« Les produits utilisés sont alors un mélange nutritif et revitalisant que choisit le médecin selon le type de peau. Il contient des vitamines, oligo-éléments et minéraux, des produits stimulant la microcirculation, l’oxygénation et la fabrication de collagène dans la peau, et donc le «rajeunissement» cutané.

Risques: infection virale ou bactérienne
La mésothérapie est une technique non anodine puisque consistant en une série d’injections intra-dermiques. De nombreuses précautions sont donc prises pour éviter toute infection virale ou bactérienne (port de gants, de masque et utilisation de matériel à usage unique stérile). Elle reste mal étudiée. Pour la mésothérapie à visée thérapeutique elle ne démontre pas son mécanisme d’action, elle ne garantit pas sa sécurité, et ne prouve pas son efficacité. Il est impossible à partir de données factuelles de démontrer un rapport bénéfice/risque favorable. Pour la mésothérapie à visée esthétique la validation est encore plus inexistante, la pratique non dénuée de risques et l’utilité encore hypothétique… »

 

Ce message est également disponible en : Néerlandais, Anglais